Le mois du Ramadan, l’un des cinq piliers de l’Islam, commence le 11 mars prochain pour la communauté musulmane. C’est une période cruciale pour de nombreux patients pratiquants, mais cela peut poser des problèmes pour leur santé, en particulier en cas de diabète ou de maladies chroniques, et interférer avec leurs soins médicaux. Alors comment faire le Ramadan quand on prend des médicaments ? Réponses.

Si vous prenez des médicaments régulièrement, le jeûne du Ramadan peut poser des défis supplémentaires pour votre santé. Comment concilier les prescriptions religieuses liées au Ramadan avec un traitement médical ? Est-il possible de modifier une ordonnance ou de décaler les horaires de prise des médicaments pour respecter les exigences du jeûne ? Toutefois, avec une planification minutieuse et une communication ouverte avec votre médecin, il est possible de gérer les effets secondaires potentiels et de jeûner en toute sécurité.

Chaque année, l’arrivée du Ramadan suscite des interrogations et des préoccupations chez les patients. Le Dr Ismail Agoumi, un médecin généraliste de Rabat-Salé au Maroc, en fait état :

« Tous les ans, j’ai des patients qui voient leur état s’aggraver à cette période à cause de la mauvaise prise de leur(s) médicament(s), explique le Dr Agoumi. Il est important de préciser d’entrée que le Coran prévoit que les personnes malades ne sont pas obligées de jeuner pendant le Ramadan. Les patients diabétiques sont bien sûr très concernés. Si les soucis ne conduisent pas au décès, le risque est d’aggraver leurs autres pathologies par manque d’hydratation, et notamment des soucis rénaux. Le jeûne peut toujours être observé voire adapté ».

« En détail, poursuit le Dr Agoumi, le grand danger, c’est le manque d’hydratation. Personnellement, je contre- indique systématiquement la pratique de jeûne strict du Ramadan pour tous mes patients diabétiques ou les personnes souffrant de cardiopathies chroniques. Au-delà de 80 ans, la pratique du jeûne est très risquée et je la déconseille vivement. Pour les états grippaux, je recommande d’interrompre le jeûne pendant 48h, jusqu’à une baisse visible de l’infection et la chute de la fièvre ».

Le danger du Ramadan quand on prend des médicaments

Il est risqué de prendre des médicaments pendant le jeûne : certains nécessitent d’être pris avec de la nourriture et une boisson. Les diurétiques, les laxatifs et les sulfamides hypoglycémiants, en particulier, ne doivent jamais être pris pendant le jeûne. Il est important d’être en bonne santé pour pratiquer le Ramadan en toute sécurité.

Il est important de prendre les médicaments au bon moment pendant le jeûne. Pour les patients qui ne prennent qu’un médicament le soir, le jeûne diurne ne pose aucun problème. Cependant, prendre un comprimé le soir qui est habituellement pris le matin ou dans la journée peut être risqué, car l’efficacité et la toxicité de nombreux médicaments peuvent dépendre de l’heure à laquelle ils sont pris, en fonction des rythmes biologiques.

La situation devient plus compliquée lorsque plusieurs doses de médicaments doivent être prises quotidiennement à des intervalles réguliers. Par exemple, des nausées et des douleurs abdominales peuvent survenir en cas de changement d’heure de prise de la théophylline, un médicament contre l’asthme.

Les personnes souffrant d’arthrite devraient remplacer leurs anti-inflammatoires à prendre trois ou quatre fois par jour, comme l’ibuprofène, par une dose unique de piroxicam, qui est efficace sur une longue durée, pendant le Ramadan.

Un autre problème est les interactions entre les aliments et les médicaments, qui peuvent favoriser ou, au contraire, retarder ou réduire la diffusion d’un médicament dans l’organisme. Certains médicaments doivent être pris à jeun, mais les prendre avant le petit déjeuner peut être inapproprié pendant le Ramadan, car l’estomac n’est pas toujours vide au réveil.

Pour d’autres médicaments, tout dépend du type d’aliments ou de boissons consommés. Par exemple, un régime pauvre en glucides et riche en protéines peut augmenter l’élimination de la théophylline, ce qui entraîne une moins bonne prévention des crises d’asthme.

Le thé, le café et le jus d’orange augmentent l’acidité gastrique, ce qui peut entraver l’action de certains médicaments, comme les antihistaminiques.

Attention si vous êtes diabétiques !

Si vous êtes diabétique et que vous prenez de l’insuline, votre médecin pourra vous donner des instructions spécifiques sur la façon de gérer votre dosage pendant le Ramadan. Il est important de vérifier régulièrement votre glycémie et de surveiller les signes d’hypoglycémie pendant le jeûne.

Un traitement adapté par votre médecin

Tout d’abord, il est important de discuter avec votre médecin de votre intention de jeûner pendant le Ramadan. Ils pourront évaluer votre état de santé et vous conseiller sur la meilleure façon de procéder. Votre médecin peut également être en mesure de modifier votre prise de médicaments pour mieux s’adapter à vos horaires de jeûne.

Si vous prenez des médicaments à heure fixe, parlez-en à votre médecin pour savoir s’il est possible de modifier les horaires de prise pour correspondre à vos heures de repas pendant le Ramadan. Dans certains cas, il peut être possible de prendre les médicaments avant le lever du soleil ou après le coucher du soleil, lorsque le jeûne est interrompu.

Si vous prenez des médicaments qui peuvent provoquer des nausées, des vomissements ou des diarrhées, votre médecin pourra vous prescrire des médicaments pour prévenir ces effets secondaires pendant le Ramadan.

Il convient de rappeler que la prise de certains médicaments par voie orale reportée au soir peut altérer la qualité du sommeil, qui est déjà raccourci pendant la période du Ramadan. C’est particulièrement le cas des diurétiques, qui peuvent perturber le sommeil en raison de la nécessité de se réveiller pour uriner qu’ils entraînent.

Enfin, il est important de :

  • bien s’hydrater pendant les heures où le jeûne est interrompu.
  • Buvez suffisamment d’eau et de liquides sans caféine pour éviter la déshydratation.
  • Mangez des aliments riches en nutriments pour aider à prévenir la fatigue et les vertiges.

En suivant ces conseils et en travaillant en étroite collaboration avec votre médecin, vous pouvez jeûner en toute sécurité pendant le Ramadan tout en prenant vos médicaments. Le jeûne est un moment sacré pour les musulmans et avec une bonne planification, vous pouvez continuer à pratiquer votre foi tout en préservant votre santé.

CAREANIMATIONS : une plateforme d’information claire pour vous aider si vous faites le Ramadan et prenez des médicaments

La société CAREANIMATIONS, nouvel acteur dans le domaine de l’information des patients, édite la plateforme WATCHYOURCARE. Cette dernière propose de courtes vidéos pédagogiques et accessibles pour répondre aux interrogations légitimes des malades, notamment durant le Ramadan. Les vidéos abordent des thèmes tels que les prescriptions du Coran, les pratiques autorisées et les précautions à prendre pour ne pas aggraver leur état de santé pendant le jeûne.

Disponible en arabe, français et anglais, WATCHYOURCARE constitue un outil précieux pour les professionnels de santé qui souhaitent informer et éduquer leurs patients. Les vidéos couvrent des informations relatives aux maladies, aux médicaments et à leur usage approprié. L’objectif est d’améliorer l’observance des patients en diffusant des informations simples et vérifiées, pour prévenir environ 12 000 décès annuels évitables.

Plus d’informations : www.careanimations.fr

Sophie Madoun